Préface, face cachée

 

 

 

 

Ce sont les mots,

Nos corps d’impressions multipliés,

L’Œil de la lettre, le corps du texte

- Monstres de ferveurs qui peuvent concevoir

Une caresse du mûrissement d'un fruit !

 

Cerveaux suspendus, organes flottants,

Remuements d’échos dans des jardins de pâmoisons secrètes,

Noeud résistant de sables, muscle bandé de nos espoirs

- Ces pages sont et ne sont pas :

Ironie de la fécondité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    La Trame

 

 

 

 

 

                  prendre chose

                  prendre part                        prendre chose

                  prendre l'aiguille agilement

quand elle échancre d'avenue les présents à notre vue

                   et croît d'ombrelles

comme les filles nées de ce rougissement de la pêche précipitée

                                   dans l'air

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    lorsque l'on caresse de loin en loin

 

 

 

 

                                    déporté au ciel

                                    choyé des liserons vermeils s'orne

                                    la hanche de ce matin

                                    un piano de très loin doucement

                                    mais il s'est agi                        d'un sourire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    noyade et le reflux

 

 

 

 

 

              soif chavirée                        la boisson gronde

              comme on a suivi l'oblique saison mûrissant les abysses

                                    c'est le fond sourd qui accueille

                                    mon ombre détachée

                                    la face aperçue n'a pas de socle paresseux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    la brèche

 

 

 

 

                         chantier de chair démêlée qui serpente

                         à ses bras de sentiers rongeurs de vide

                         Là-haut cette pesée du charme qui est advenu

                         conduit la bride au galop ses détonations

                          trépidantes où la fleur épidémique

                          dévaste le ciel à profusion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    l'intervalle du balancier

 

 

 

 

 

 

                           impudique recueillement à notre bienvenue,

                           le saut du fruit mûr est salué dans nos bras

                           dans nos mains frissonne

                           un étirement survenu démange l'horizon

                           c'est à son emprunt que nous

                           dérobons notre dû

 

                           d'une source est fait le trésor

          toujours plus embrassé à l'orée qui vient toujours

                                    mon amour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    nudité sur le trône des astres

 

 

 

 

 

                             cierges délicieux incendiés aux cieux

                             levant notre couronnement

                             nos bouches acharnées aux confins

 

                             à voir comment pourra se franchir

                             cette vague née dans la courbure de tes reins

comme la douceur accouchée

 

                                    les hauts sentiers d'ocres en feu

                                    auront serré notre reliquat

                                    les courbes étaient déjà délacées

                                    la victoire des cierges astreux

 

                                    pas d'escale

                                    où passe l'as de coeur fatal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    corbeille de fruits

 

 

 

 

 

          entre les doigts entre les colliers dévalant aux creux

          de souples chérissements d'arceaux se rassemblent nôtre

          la poignée des mains ployant l'âtre du berceau

 

          Ô veines tressées entre elles qui sollicitent le cœur !

                                    l'ombre allumée du sourire

                                    le bienfaiteur, l'inséminant

 

          et la quête se donne joyeuse aux feuillages blancs

          s'initiant par foules aux invectives des saisons.

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    une éclaircie et son entaille

 

 

 

 

 

                   des entrailles fumantes la maternité accourue d'où

                                                  le soleil fuse

                                                  enterre devant nos flancs reclus

                                                            la bouche éruptive

                                                                              sonnante

 

                    nous-mêmes ces carillons frappés de son rayon

                                                            jusqu'à la course diffuse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    martyrs conquérants, têtes de canons

 

 

 

 

 

               si ce n'est cette lune encore blanche

               tombée dans notre oeil brûlé

               et se recueille dans notre bouche crachée

               aux crins d'écorchures qui saignent sur tous les murs

 

                nous ne démêlons plus entre nous les ratures qui nous

                                    rouent de coups

 

 

                                    de nous comme à l'assaut

 

 

                             les hommes seront portes-battantes

                             qui courent à leur front béant

                             cette avenue d'embrasser les sillons

                             et de pousser les dents du nouveau rire géant

                                    d'embrions féroces,

 

                                    nous ne pardonnerons plus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    la main de la récolte

 

 

 

 

 

                 le geste a décidé

                 le poing d'ouvrage a dressé son empreinte moelleuse

                 à la lucarne                        l'explosive du ciel

                 l'air chauffe sous ses coups d'âpreté

                 ouvrant l'expulsion du sang qu'on ne voyait pas

 

                 et tout sera saoulé dans son puisement

 

                 là où déjà son premier verbe a respiré

                 accroché aux rochers

                 là où il joint nos bouches innombrables

                 comme des tresses de graminées qui valsent.

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    le sein

 

 

 

 

 

                      souche terreuse éventrée

                      c'est l'huis du baiser fruste

                      qu'il faut être enfant pour asseoir à ses genoux

 

                      mais nous creuserons à nouveau

                      le sourire terrifiant de notre accouchement libre

                     dans nos courses de ravins qui caressent

                     nuement l'horizon luisant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    ailleurs, le refuge

 

 

 

 

 

                             ces cris d'ailes de mes fleurs giclant

                             vos pétales ameutent leurs neiges

                             et s'en viennent border

                             une terrasse de paresse au lointain

 

                             dont la ligne nous est tendue

                             à nos bras des massifs

 

                             l'étreinte d'oiseau qui rassemble ses plumes

                             et tous ses chuintements vrillés

                             pincent et plissent l'air du jardin

                             qui propage de nous les bruits de nos baisers

 

                             au coeur l'entrée sa préférence

 

 

 

 

 

 

 

                                    emblème au-dessus de la porte

 

 

 

 

 

                      nous avons trouvé la vue

                      témoins

                      de l'irrécusable

                      sur nos visages l'apparition

                      offrira le démenti à tous les regards

 

                      le sang de la vierge dont  nous partageons la coupe

 

                      et filées par bandes effrayées les cruautés

                     et les désaffections

                     les grimaces autour des bonds de la cathédrale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    une révolution

 

 

 

 

 

                      te recueillir

                       à mes bras gouvernail de l'âme accédée

                       et ton sourire de répondre le sillon

 

                      te recueillir

                      le courant qui affranchit toutes les vagues

 

                      le vent qui naît de ta douceur

                      et touche la mer ciselée entre les arbres

 

                      le couchant de pierres claires à l'obliquité

                      de ta joue sur la rondeur du flanc de montagne

 

                      le proche midi à nos pieds blotti

                      sa parenté de notre rencontre qui a guidé son pas,

                      de ton éveil tous les sommeils adoptifs,

                     confie son rayon à notre heure

 

                     où il tient tout d'ombre droite

 

                     à nos bras le pôle qui journoie à son aise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    le dénuement et la protection

 

 

 

 

 

             sur cette terre en friche et désolée

             trop vaste songe de fertilité

             et son attente leurrée par le ciel qui ne la contient pas

             il nous faut, même frêles, nous tenir debout

             dans l'inesquivée nudité, même d'un sourire,

             il nous faut pouvoir adopter dans notre silhouette

            la bonté de l'arbre qui abrite et élève

             dans son penchant la clémence et le défi d'immatérialité

             inertie vénérable de l'âtre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                               le relèvement du pas

                               s'est adhéré au front de mon geste touchant

                               qui entoure là-bas la futaie pour danser.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    le gain et le ressac

 

 

 

 

 

                               approche de la bouche

                                                                           la profondeur bée

                               ce sein d'osier tendre où la main demeure

                               à préférer n'en finir les hanches

                               où tous les chemins sont reliés qui accourent

 

                               parce qu'à l'heure du pas d'escalade

                               sa plage lactée dévale au lit envié

                                                                            de la source

                               au tour et retour le baiser

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    ce nouveau départ

 

 

 

 

 

              attiré seul à cette lisière de la vague de la nuit

              mon inflexion au bord de mes lèvres a délié

              la séparation

              et soulevé mon autre chevelure dans les sentiers là-bas

              délivré des paroles hors des jetées oppressantes

              accueillant leurs visages qui souriaient

                                    sous mon ombre aveugle

                                    je suis loin déjà où j'appuie mon pas

 

 

 

 

 

 

 

                                    une arme

 

 

 

 

 

                                    Refuge, d'être mon arme,

          va crier tempête, j'ai levé le phare

          et dressé le lit de tes hautes marées !

          à ta coupe les bouches cannibales

          seront recrachées à leurs propres faces pour les dévorer

                                    seront tranchées les mains qui défigurent

                                    les hommes aux mains enchaînées

                                    Foyer scellé de ton écho, je polirai

                                    le cuivre de ton pavillon

                                    pour te faire entendre

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    à l'instant d'avance

 

 

 

 

 

                               pluies sales araignées

                               du ciel qui couve nos monstres mêlés

                               sous les manteaux

                               je tiens ferme la corde fraîche autour du cou

                               et tu ne cueilleras pas mon crâne mûr

                               parmi leurs entrailles que tu arroses

 

                               déjà le grain est baptisé

                               où j'ai passé ma fuite

                                                       l'éclaircie sans heure

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Postface, devers

 

 

 

 

 

de ce qui venait à nous

nous avons fait notre départ

- le lieu introuvable de ce passage maintenant

un gué de notre ombre solide inaperçue du ciel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Romain CARLUS

AVERTISSEMENT

 

Ce site réunit et reconstitue l'oeuvre de Romain Carlus : les rubriques sont donc évolutives, se remplissant à mesure que les manuscrits sont traités.

 

Les deux images ci-dessous indiquent, respectviement :

"En travaux" : l'oeuvre est en cours de traitement avant d'être entièrement publiée

"À suivre" : l'oeuvre va être complétée progressivement

Contenus déposés et protégés